Lettre ouverte à Anne Hildago sur la cession de la Plaine Saulnier à la métropole

SAINT-DENIS, le 25 septembre 2018,

Lettre ouverte à  Madame Anne HIDALGO, Maire de Paris et aux Conseillers de Paris

 

Madame la Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers de Paris,

Nous apprenons que, par délibération DU-211, le Conseil de Paris s’apprête à céder le foncier de la ZAC Plaine Saulnier de Saint Denis à la Métropole du Grand Paris (MGP) afin que celle-ci réalise un projet d’aménagement présenté comme partie intégrante de l’héritage des JOP2024.

Or, ce projet est de conception manifestement dépassée, une majorité d’immeubles de bureaux protégeant 500 logements des nuisances sonores des voies ferrées et des autoroutes A86 et A1. Outre les doutes quant à la viabilité d’un tel projet, celui-ci ne contribue en rien aux objectifs écologiques et sociaux d’amélioration de vie dans les quartiers populaires. C’est ce qui a été unanimement ressenti et exprimé par le public présent à la réunion de concertation en présence de Monsieur Patrick Ollier à Saint Denis le 5 septembre dernier.

Dans ce contexte, notre Comité de vigilance JO2024 Saint Denis, armé d’une expertise citoyenne d’habitants et de professionnels, travaille actuellement à la conception d’un projet alternatif intégrant le périmètre de la ZAC Saulnier. A cet égard et sur notre proposition, nous venons d’obtenir le soutien de principe de Plaine Commune et du Comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) pour l’organisation d’un forum public, associant toutes les parties prenantes pour penser l’héritage global des JOP pour les habitants de Seine-Saint-Denis.

Nous estimons être en mesure de présenter notre projet alternatif dans le cadre de ce forum, au plus tard courant janvier 2019.

A toutes fins utiles, nous précisons qu’il ne s’agit aucunement pour nous de tenter de remettre en cause la décision concernant la construction du Centre Aquatique Olympique (CAO) et nous ne souhaitons pas que ces travaux prennent du retard. Pour autant, les travaux de la ZAC, eux, ne revêtent aucun caractère d’urgence, étant entendu que leur démarrage n’interviendra qu’après 2024.

C’est pourquoi, si nous prenons acte de votre choix de céder à la MGP le foncier dédié à l’édification du CAO, nous vous demandons de bien vouloir surseoir à la vente de la surface qui ne concerne pas le CAO, au moins jusqu’au début de 2019, le temps que vous puissiez prendre connaissance du projet alternatif actuellement en gestation et des  conditions de sa faisabilité.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Madame La Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers, à l’expression de nos salutations respectueuses.