Pour une concertation réellement démocratique

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-la-concertation-des-jo-demarre-en-petit-comite-27-05-2018-7738464.php

Suite au comité de suivi JOP 2024 du 16 mai, notre réaction à une réunion indigne de la concertation démocratique attendue :

« Le comité vigilance JO 2024 Saint-Denis souhaite réagir après la deuxième réunion du comité de suivi qui s’est tenue le 16 mai 2018 au siège de Plaine commune. Cet espace de dialogue est indispensable et nous ne devrions pas avoir à être reconnaissants que des réunions de concertation soient organisées pour un événement de cette ampleur.

Le format de la concertation lui-même pose problème : les habitant·e.s n’ont eu qu’une heure pour exposer leur point de vue en atelier, heure ponctuée d’interventions d’élus et de représentant·es des instances en charge de l’organisation des JO. Les principales questions du moment (comme la piscine olympique) n’ont pas pu être directement débattues et les documents promis aux inscrit.e.s n’ont été reçus que le 15 mai.

Plus inquiétant, les rapporteur·tices ont été accusé·es de faire des comptes-rendus « à charge » par Thierry Rey, conseiller du COJO alors même que leur contenu avait été validé collectivement en atelier.

Notre comité a été attaqué à plusieurs reprises par Patrick Braouezec de manière plus ou moins explicite. Selon ses termes, « vigilance, ça ne veut pas dire malveillance, ni défiance« . Il nous a accusé·es de propager des contre-vérités et des malveillances, portées par un supposé positionnement anti-JO. Ces déclarations sont inquiétantes et n’augurent rien de bon quant à l’esprit de la concertation qui s’annonce.

Nous n’acceptons pas cette tentative de disqualification et d’intimidation. Notre comité n’a pas pris position pour ou contre les JO, ce que nous avions explicitement dit à Messieurs P. Braouezec et L. Russier lors de notre entretien du 24 avril.

Nous demandons avant tout une information transparente et une concertation réellement démocratique, en amont des décisions. Nous demandons également que les prochaines séances du comité de suivi soient filmées et mises en ligne. »