Balade urbaine autour des JO à Saint-Denis et Saint-Ouen

Si c’est officiellement Paris qui organise les Jeux olympiques et paralympiques 2024, Saint-Denis accueillera en réalité une partie des compétitions et des infrastructures. Parmi les sites restant à construire : le village olympique et le centre aquatique, à quelques centaines de mètres l’un de l’autre. Nous les parcourrons, entre Pleyel et la Plaine Saulnier, pour mesurer l’ampleur des transformations à venir.

Départ place des Pianos à Pleyel ; arrêt devant le foyer de l’ADEF et le lycée Marcel Cachin à Saint-Ouen, qui devraient disparaître pour faire place au village olympique ; à la Plaine-Saulnier, où devrait se construire le centre aquatique ; et arrivée devant le Stade de France, un des pires couloirs de pollution de la région.Ces sites ont été choisis pour leur proximité avec le Stade de France mais surtout avec la future gare du Grand Paris et les projets d’immobilier de bureaux. Il faut donc comprendre ces aménagements à l’échelle du Grand Paris.

La notion d’héritage urbain, environnemental et économique a été mise en avant dans le dossier de candidature, mais quels sont les impacts négatifs à prévoir ? Expulsions, spéculation, privatisation de l’espace ?

Quels seront les outils d’urbanisme d’exception utilisés pour construire au plus vite ces deux sites ? Les habitants de Saint-Denis auront-ils leur mot à dire et comment verront-ils évoluer leur quotidien, leur quartier pendant et après l’été 2024 ?

29216409_2124693241085165_6709310688168247296_n